LAURÉAT 2009, 2010 & 2012 

Pr. Philippe LEFÈVRE

Institut ICTEAM et Institut de Neuroscience 

de l’Université catholique de Louvain.

THÈME DE RECHERCHE

Poursuite oculaire chez l’enfant souffrant d’infirmité motrice cérébrale : influence sur l’apprentissage et pistes nouvelles pour la revalidation

SUBVENTION JED : 230.000 €

OBJECTIF DU PROJET

Le but du projet est d’étudier les performances oculomotrices d’enfants atteints  d’Infirmité Motrice Cérébrale modérée (IMC) et d’en évaluer l’influence sur les capacités d’apprentissage afin d’explorer de nouvelles pistes de revalidation. 

 

Mon laboratoire a pu obtenir un financement de la Fondation JED pour trois années consécutives, ce qui a permis un avancement déjà très significatif par rapport aux objectifs de départ.

 

Nous gardons l’objectif de pouvoir donner des recommandations concrètes afin d’aider les enfants IMC à améliorer leur apprentissage par une meilleure compréhension de leurs performances oculomotrices et des conséquences potentielles au niveau des informations visuelles disponibles chez ceux-ci lors de tâches journalières de poursuite de cibles ou d’objets d’intérêt en mouvement.

Mon laboratoire a pu obtenir un financement de la Fondation JED pour trois années consécutives, ce qui a permis un avancement déjà très significatif par rapport aux objectifs de départ. Ce financement a permis le démarrage de la thèse de doctorat de Mademoiselle Caroline Ego (Ingénieur civil biomédical UCL) en 2009. Caroline Ego a joué un rôle capital et central dans le développement du projet qui constitue le sujet de sa thèse de doctorat en sciences de l’ingénieur. Elle a pu exploiter remarquablement sa formation inter-disciplinaire et profiter d’excellentes collaborations cliniques à St Luc (Drs Marie-Cécile Nassogne et Demet Yüksel) pour faire progresser ses travaux. 

 

     Durant la première année, elle a fait une revue de la littérature et a contribué à la mise en place de tous les outils et équipements de laboratoire nécessaires au démarrage de la partie expérimentale du projet : achat de matériel, mise au point du protocole expérimental et tests préliminaires. Ainsi, au terme de la seconde année, toutes les acquisitions de sujets « contrôle » a pu être clôturée. Il s’agissait de 60 enfants (entre 5 et 14 ans) et de 15 adultes « sains » qui ont passé un protocole complet de test des performances oculomotrices. Cette première étude était essentielle afin de pouvoir évaluer le développement normal de ces fonctions de l’âge de 5 ans jusque l’âge adulte. Ces données seront évidemment essentielles avant de pouvoir tirer des conclusions concernant ces mêmes fonctions chez les enfants souffrant d’infirmité motrice cérébrale (point de comparaison et de référence). Au terme de la troisième année du projet (septembre 2012), les analyses de ces données « contrôle » sont terminées et un premier article scientifique est prêt à être soumis pour publication dans une revue internationale. Par ailleurs, au cours de la deuxième et de la troisième année du projet, en parallèle des travaux décrits ci-dessus, les acquisitions de données de patients ont pu être réalisées. Au stade actuel, les mouvements oculaires de 40 enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale ont pu être enregistrés. Dans le cadre de la même étude, les mouvements oculaires d’une cohorte de 17 enfants prématurés ont également été acquis. L’analyse de toutes ces données a déjà permis de tirer des conclusions importantes qui seront présentées au congrès international de la « Society for Neuroscience » en octobre prochain à New Orleans (USA). 

Cette présentation de ce poster fait suite à une série d’autres présentations dans des conférences internationales dont le détail est repris ci-dessous (publications). 

 

     Nous anticipons que la thèse de doctorat de Caroline Ego devrait encore s’étaler sur deux années académiques. Ceci permettra de clôturer la publication des articles scientifiques en préparation, de poursuivre et clôturer les enregistrements de patients et de dégager des pistes pour la revalidation des enfants atteints d’infirmité motrice cérébrale. En effet, nous gardons l’objectif de pouvoir donner des recommandations concrètes afin d’aider les enfants IMC à améliorer leur apprentissage par une meilleure compréhension de leurs performances oculomotrices et des conséquences potentielles au niveau des informations visuelles 

disponibles chez ceux-ci lors de tâches journalières de poursuite de cibles ou objets d’intérêt en mouvement.